S’envoler en vélo grâce à l’énergie du soleil, conduire en dormant avec comme moteur des voiles ?! Comment va-t-on bouger dans le futur ?

Même si nous sommes encore bien loin des routes aériennes de Retour vers le futur ou du Cinquième élément qui nous ont fait rêver sur les technologies du futur, on se rend compte qu’on pourrait prendre certains de nos rêves pour des réalités !  La voiture à vent, la voiture sans conducteur, des 2 roues futuristes … mais où va-t-on en termes de mobilité ?

La voiture n’a plus sa fonction originale qui était de nous conduire d’un point A à un point B, ce qui était en soi, il faut bien le dire, déjà une immense avancée techno ! Il y a 150 ans on ne se disait pas « Tiens je partirai bien en week-end à Toulouse, je vais checker les covoiturages » ou « Je réserverais bien une voiture sur Deways pour faire un tour sur la côte cet après-midi » ! On ne se disait pas non plus « et si je partais au Maroc, ce n’est qu’à 2h d’avion…. » C’était plutôt « et si on allait faire des emplettes dans le village d’à côté (…) allez venez les enfants plus que 5h de marche ». Et oui, ça nous parait bien loin tout ça !

Aujourd’hui, c’est la course aux nouvelles technologies lorsqu’on parle mobilité. Les moyens de transport doivent être toujours plus rapides et écologiques mais rester pratiques et avoir une bonne autonomie, ne pas prendre trop de place, être bien équipé et tout ça à petit prix ! Ce qui revient à demander la lune … Remarquez cette expression sera bientôt hors de propos avec les premiers vols suborbitaux de Virgin Galactic avec passagers prévu en 2012 !

…. Demander la lune ? Ou pas ! Et oui, les acteurs de la mobilité ne manquent pas d’inventivité ! Voici quelques exemples de leurs dernières créations que j’ai dégotées pour vous …

Pour palier à la consommation excessive des avions en kerozen, Solar impulse a inventé un premier concept d’avion solaire capable de voler 25h non-stop grâce aux 12 000 cellules photo-voltaïques placées sur ses ailes.

La première voiture à vent, la Wind Explorer avec un bilan carbone proche de zéro, est une superbe solution en matière de déplacement durable, à condition… qu’il y ait du vent !

Voler à vélo… C’est presque possible ! Pour résoudre les problèmes de désengorgement des villes, l’architecte hollandais Martin Angelov a créé Kolelinia, un concept de vélos funambules qui  permet d’être suspendu en hauteur via des câbles.

Qui n’a pas rêvé d’un pilotage automatique en voiture ? « Réveillez-vous, vous êtes arrivé à destination ! » Google le fait pour nous en testant en ce moment 7 Google Cars qui se conduisent toutes seules ! La Google Car sera équipée de caméras vidéo et de capteurs sensoriels pour anticiper ce qui se passe tout autour du véhicule !

Les concepts originaux se multiplient et une chose est sure… En attendant la téléportation ou la dominance d’une vie totalement virtuelle ou tout déplacement serait inutile, on n’est pas à bout de nos surprises concernant la mobilité de demain ! Que de partenariats possibles pour DEways ! 😉

SandyC

SandyC, 24 ans, étudiante et Dewayseuse de la première heure ! Intéressée par les nouvelles mobilités ! Voyage et Partage sont mes maître-mots !

Le folklore des déplacements à Guadalajara

Il n’est jamais évident de débarquer dans un nouveau pays et de s’approprier tout de suite le mode de vie adapté. Je vais cependant vous narrer la manière de s’adapter aux transports en commun mexicains dans la charmante ville de Guadalajara. Accrochez vous et attachez vos ceintures (en fait, oubliez la ceinture, elle n’existe pas là bas !)

Vous débarquez dans le pays que vous assimilez au sombrero, à la tequila et au cactus (c’est moche de juger avant de savoir ! ;)) et tentez de repérer les lieux afin de pouvoir vous rendre à votre premier jour de cours en bus (avertissement : tous les faits racontés plus loin sont basés sur une histoire vraie ! ;)).

Première mission périlleuse : trouver un arrêt de bus … n’essayez pas trop longtemps, vous n’en trouverez pas ! Ici l’arrêt de bus se situe au niveau des gens avec le bras levé ! Plutôt pratique, vous n’aurez plus à courir jusqu’à votre arrêt de bus en espérant que le chauffeur vous ait vu ! Un signe de la main, même en plein carrefour bondé, et votre bus bien aimé vous ouvrira ses portes. Trois pesos mexicains plus tard (soit 0,15€), vous aurez accès à ce que vous n’aviez jamais vu auparavant : le fameux bus mexicain (cf photo ci-dessous). Moitié moins long qu’un bus français, 4 fois plus bruyant qu’un avion au décollage, des messages de paix associés au portrait du Christ de toute part : le changement avec le bus français est brutal mais le folklore est plutôt plaisant.

Seconde étape : trouver sa place dans le bus. La aussi ne vous attardez pas trop puisque vous n’aurez pas le confort des bus français avec leurs sièges en mousse si agréables. Ici, le rustique est roi : sièges en plastique avec à peine la place pour les genoux … je parle bien évidemment pour les chanceux qui auront un siège libre. Pour les autres, vous devrez vous faufiler entre la centaine de personnes agglutinées dans un bus pouvant en contenir maximum quarante d’après les écriteaux présents ! Conseil important : bien choisir son déodorant au Mexique ! Si vous êtes chanceux vous aurez le droit à de la salsa durant votre trajet, et si vous êtes un habitué du bus mexicain, vous pourrez même bouger votre corps en rythme … ou plutôt au rythme des dos d’ânes, des trottoirs empruntés comme raccourcis ou encore des malformations de la chaussée.

Attention, ne vous méprenez pas, cela n’est pas une critique des transports mexicains. Je peux même vous avouer que l’on y prend un certain plaisir !

Quant aux voitures en circulation dans la ville, leur nombre est impressionnant, ce qui lui donne des airs de périphérique parisien en heure de pointe. Le taux de pollution n’est donc pas en reste et mieux vaut ne pas être sensible des yeux et du nez ! La plupart du temps, le conducteur est l’unique personne présente dans la voiture, et la voiture est rarement partagée … écologiquement parlant, il y a mieux… Je m’en vais tout de suite prêcher la bonne parole DEwaysienne aux mexicains !

Hasta pronto !
Florent

Florent Jk, 23ans, DEwayseur averti, passionné de nouvelles technologies, de sports, et de bus mexicains !

Femme au volant, mort au tournant ? Ou bien est-ce cette tournure qui se meurt ?!! ;)

La journée de la femme, c’est aussi la journée des conductrices, comme l’ont bien compris les constructeurs de cette mignonne Nissan Lolita Lempicka qui arriverait presque à me détourner de la merveilleuse Audi TT qui me faisait de l’œil à la Saint Valentin!

Si on consomme une voiture pour son côté utile, c’est aussi parfois pour avoir un bel accessoire… et un prétexte de plus pour s’acheter un autre accessoire qu’est une nouvelle paire de chaussures plates, puisqu’il est impossible de conduire en talons hauts !



Et on peut d’ailleurs se demander qui de la femme ou de la voiture est l’accessoire le plus prisé pour l’homme, lorsqu’on voit encore aujourd’hui certains refuser de prêter leur volant aux femmes (Heureusement pas de tel macho parmi les DEwayseurs !) ou uniquement pour qu’elles posent de façon lascive en maillot de bain. Si maillot de bain il y a dans ma voiture, il est dans mon coffre quand je pars à la plage avec mes copines ! 😉

Seulement, c’est encore mieux de pouvoir y aller avec autre chose que la vieille 305 d’étudiante de ma soeur. Et c’est ce que j’aime sur Deways : pouvoir choisir la voiture que je veux quand je veux, comme si j’échangeais un sac à main avec une de mes amies. Car je viens d’apprendre par la DEways team que nous (les femmes) sommes majoritaires sur DEways avec un joli score de 55% ! Vive les DEwayseuses !

Plus partageuses pour les voitures, peut-être le sommes-nous moins pour nos hommes… mais le fait est que les femmes prennent de plus en plus le volant. Et puis j’aimerais dire aux hommes : laissez-vous conduire, il se peut que vous aimiez…

@DCouprie